Imprimer

Les écoles

Écrit par Fethullah Gülen on . Publié dans M. Fethullah Gülen et L'education

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Après que le gouvernement turc a autorisé l'ouverture d'écoles privées, beaucoup de gens ont volontairement choisi de dépenser leurs richesses au service de leur pays, au lieu de passer dans l'autre monde après une existence frivole. Et ils ont fait cela avec un enthousiasme religieux. Il m'est impossible de connaître toutes les écoles qui ont été créées ici et à l'étranger. Puisque je n'ai fait que recommander et encourager cela, je ne sais même pas les noms de la plupart des compagnies qui ont créé ces écoles ni leur emplacement.

Toutefois, je me suis efforcé de suivre ce sujet dans la presse et dans une série d'articles écrits par de dignes journalistes comme Ali Bayramoğlu, Şahin Alpay et Atılgan Bayar. Des écoles ont été ouvertes dans beaucoup d'endroits de la planète, allant de l'Azerbaïdjan aux Philippines et de St Pétersbourg (capitale de la Russie tsariste) à Moscou (capitale de la Russie communiste) et, avec l'aide et la référence de notre concitoyen juif et grand homme d'affaire Üzeyir Garih, à Yakutsky. Ces écoles ont été ouvertes dans presque tous les pays, sauf dans ceux comme l'Iran qui n'ont pas donné leur autorisation.

Les écrivains et les penseurs qui les ont visitées confirment que ces écoles sont financées par des organisations bénévoles turques. Dans beaucoup d'entre elles, voire toutes, les frais d'inscription représentent une part importante du financement. Les autorités locales contribuent largement à la création de ces écoles en fournissant des terrains, des bâtiments, et en allouant des directeurs et aussi des enseignants quand cela est nécessaire. Les enseignants, qui se consacrent à servir leur pays, leur nation et l'humanité, et qui ont trouvé que le sens de la vie réside dans le service rendu à son prochain, travaillent avec ferveur pour un maigre salaire.

A l'origine, certains de nos responsables de mission à l'étranger hésitaient à accorder leur soutien, car ils ne comprenaient pas bien ce qui se passait. Mais aujourd'hui, la plupart d'entre eux soutiennent ces écoles. Outre les deux anciens Présidents de la Turquie, le défunt Turgut Özal et le cher Süleyman Demirel, l'ancien président du parlement turc Mustafa Kalemli et l'ancien ministre des Affaires Etrangères Hikmet Çetin ont tous montré leur soutien en visitant eux-mêmes ces écoles.

Il convient de présenter ici les observations d'Ali Bayramoğlu, un journaliste qui a visité un grand nombre de ces écoles:

Ces écoles n'offrent pas d'enseignement religieux et n'entourent pas les activités scolaires d'un environnement religieux, comme le présument certains. Elles ont été établies sur le modèle des lycées Anadolu[1], dotées de laboratoires et d'équipements technologiques modernes. Les cours sont donnés au sein du programme scolaire préparé par le Ministère de l'Education Nationale. La religion n'est pas au programme. En fait, le journaliste Ali Bulaç, qui a visité ces écoles, a fait remarquer qu'il avait l'impression que les toilettes n'étaient volontairement pas maintenues dans une propreté éclatante afin que l'on ne s'imagine pas qu'une telle propreté soit le signe que la prière va s'ensuivre. Les activités prennent place dans le cadre de la philosophie pédagogique et des lois en vigueur dans le pays en question. Par exemple, en Ouzbékistan, après que les élèves apprennent le turc et l'anglais dans la classe préparatoire, ils étudient les matières scientifiques en anglais avec des enseignants turcs et les sciences humaines et sociales en ouzbek avec des enseignants ouzbeks. Le but de ces écoles n'est pas de donner une éducation religieuse ou de transmettre un savoir religieux.

Les autorités locales sont au moins aussi soucieuses de la laïcité que l'est le gouvernement turc. Des journalistes éclairés comme Alpay et Bayar ont expliqué, comme beaucoup d'autres d'ailleurs à travers des observations similaires à celles de Bayramoğlu, que ces pays n'ont pas la moindre inquiétude pour leur futur en ce qui concerne ces écoles. En fait, lors de son discours à la cérémonie d'ouverture de l'école de Moscou, le Chef du Département de l'Education Nationale de Moscou a déclaré: «Il y a eu deux événements importants dans l'histoire récente de la Russie. L'un d'eux est l'atterrissage de Gargarin sur la lune. L'autre est l'ouverture d'une école turque dans notre pays.» Il a décrit cela comme un événement historique.

Pour certains, cette vie consiste en quelques jours passés dans cette auberge terrestre avec pour seul but de satisfaire tous les désirs de son ego. D'autres voient les choses différemment et donnent donc un sens différent à la vie. Quant à moi, cette vie consiste en quelques respirations sur le voyage qui commence dans le monde des esprits et qui continue éternellement au Paradis ou, Dieu nous en garde, en Enfer.

Cette vie est très importante, car elle donne forme à celle de l'au-delà. Etant donné cela, nous devons la vivre de façon à gagner la vie éternelle et obtenir l'agrément du Donneur de Vie. Ce chemin passe inévitablement par la dimension de servitude à Dieu en servant, tout d'abord, nos familles, nos proches et nos voisins, puis notre pays et notre nation, et enfin l'humanité et toute la création. Ce service est le droit de chacun; le transmettre est notre responsabilité.

Cet article est d'abord paru dans Fethullah Gülen: Advocate of Dialogue, Ali Unal et Alphonse Williams, comps., (Fairfax, VA: The Fountain, 2000), 305-31.


[1] Les lycées Anadolu sont des établissements d'Etat où les sujets scientifiques sont enseignés en anglais.

blog comments powered by Disqus