Qu'arrive-t-il à l’âme?

Après la mort, l'âme de chaque personne est conduite à la Présence de Dieu. Si cette personne avait mené une bonne et vertueuse vie et s'était raffinée, les anges chargés de la conduire à la Présence de Dieu l'enveloppent dans des étoffes de satin et l'emportent à travers les cieux et toutes les dimensions intérieures de l'existence, jusqu'à ce qu'ils arrivent à Sa Présence.

Tout au long de ce trajet, les anges de chaque station accueillent l'âme vertueuse et demandent : « À qui est cette âme? Comme elle est belle ! » Ses porteurs la présentent avec les plus beaux titres qu'elle a acquis durant sa vie, et répondent : « Cette âme appartient, par exemple, au prieur, au jeûneur, au bienfaiteur qui donnait l'aumône et à celui qui endurait toutes sortes d'épreuves pour l'amour de Dieu ». Finalement, Dieu l'accueille et ordonne aux anges : « Remettez-la dans la tombe où son corps est enterré pour qu'elle puisse répondre aux questions de Mounkar et Nakîr, les deux anges interrogateurs. »

L'âme d'une mauvaise personne est dédaignée partout où elle passe et est rejetée dans sa tombe après avoir été conduite à la Présence de Dieu.

Tout mal qui nous atteint dans ce monde est dû à nos propres péchés. Si nous sommes des croyants sincères qui ne peuvent s'empêcher de pécher parfois, Dieu, de par Sa Miséricorde, permet à quelques malheurs de nous frapper pour expier certains de nos péchés et ainsi nous purifier. Il peut aussi nous faire subir une dure agonie, pour que nos péchés qui ne sont pas encore pardonnés soient absous ou pour que nous puissions atteindre de plus hauts rangs spirituels. Dans tous les cas, nos âmes seront extraites en douceur. Si nous avons toujours quelques péchés non pardonnés après cela, nous subirons quelque punition dans la tombe et nous serons alors épargnés du châtiment de l'Enfer. De plus, puisque la tombe est la première étape de la vie éternelle, presque tout le monde, à l'exception des Prophètes, sera interrogé par les deux anges interrogateurs et subira quelque souffrance.

Comme le rapportent les livres de hadiths authentiques, Abbas, l'oncle du Prophète, voulut voir Omar dans son rêve après la mort de ce dernier. Or il ne le vit que six mois plus tard. Quand Abbas demanda à Omar où il avait été, il répondit : « Ne m'en parle pas ! Je viens tout juste de finir de rendre compte de ma vie. »

Saad ibn Mouadh était l'un des plus grands Compagnons. Quand il mourut, Gabriel informa le Messager : « Le Trône Divin a tremblé à la mort de Saad ». D'innombrables anges prirent part à ses funérailles. Après son enterrement, le Messager s'exclama avec stupéfaction : « Gloire à Dieu ! (Qu'arrivera-t-il aux autres) si la tombe serre même Saad? »

Dans la tombe, chaque âme est interrogée par Mounkar et Nakîr avec des questions comme : Qui est ton Seigneur? Qui est ton Prophète? Quelle est ta religion? etc. Ceux qui sont morts en croyants pourront facilement répondre à ces questions, mais ceux qui sont morts en incroyants en seront incapables. Après cela, les morts seront interrogés sur leurs vies.

Le rapport entre l'âme et le corps diffère selon le monde dans lequel ils vivent. Dans ce monde-ci, l'âme est emprisonnée dans le corps. Si le moi malveillant et les désirs charnels la dominent, l'âme est vouée à se détériorer et à perdre la personne. Mais si l'âme discipline le moi malveillant par la croyance, l'adoration et la bonne conduite, et se libère de l'asser- vissement aux désirs charnels, elle devient alors raffinée et acquiert la pureté et des qualités louables. Cela lui apportera le bonheur dans les deux mondes.

Après l'enterrement, l'âme sera en attente dans le monde intermédiaire, le monde qui se trouve entre celui-ci et l'Au-delà. Bien que le corps se décompose dans le sol, ses particules essentielles restent intactes. Selon un hadith, il s'agit du coccyx (ajb adh-dhanab). Nous ne savons pas si ce terme est en fait une référence aux gènes de la personne. Quoi que cet ajb adh-dhanab soit, l'âme l'utilisera pour continuer sa relation avec le corps. Cette partie est la base sur laquelle Dieu nous recréera le Jour du Jugement. Dieu fera que les éléments de cette base conviennent à la vie éternelle, tandis qu'Il détruira et reconstruira le monde et nous ressuscitera le Jour de la Résurrection.

Que fait l'âme dans le monde intermédiaire? Le monde intermédiaire est le domaine où l'âme sent le « souffle » de la félicité du Paradis ou de la punition de l'Enfer. Ceux qui ont mené une vie vertueuse, y seront accueillis par leurs bonnes oeuvres (telles que les prières, les récitations coraniques, la charité, etc.) qui apparaîtront comme d'aimables compagnons. Des fenêtres leurs seront ouvertes pour qu'ils puissent voir des scènes célestes. Comme mentionné dans un hadith, la tombe sera pour eux comme un jardin du Paradis. Cependant, même ces personnes auront à subir quelque punition dans le monde intermédiaire s'il leur reste des péchés impardonnés, car une telle punition les purifiera de tous péchés et les rendra dignes du Paradis après la Résurrection.

Les incroyants trouveront leur incroyance et leurs oeuvres diaboliques sous la forme de mauvais compagnons et d'animaux nuisibles tels que les scorpions et les serpents. Ils verront des scènes de l'Enfer, et leurs tombes seront comme des fosses de l'Enfer.

Certaines parties ou cellules du corps demeurent-elles vivantes après la mort? Durant notre vie dans ce monde, c'est notre âme qui ressent la douleur, la joie et le bonheur. L'âme semble sentir la douleur grâce au système nerveux, et utilise ce système pour communiquer avec toutes les parties du corps. Ce processus reste un mystère pour la science, tout comme le type d'interaction qui a lieu entre l'âme et le corps, et le cerveau en particulier. Une quelconque défaillance physique aboutissant à la mort met fin au fonctionnement du système nerveux. Cependant, les scientifiques ont établi que certaines cellules cérébrales continuent à vivre quelques instants après la mort. Ils ont étudié les signaux reçus par le cerveau après la mort. S'ils réussissent à déchiffrer ces signaux, des domaines tels que la criminologie feront un grand bon en avant pour résoudre les cas de meurtres « irrésolus ».

Les versets suivants, qui nous expliquent comment Dieu ressuscita le corps d'une victime à l'époque de Moïse, suggèrent cela :

Lorsque Moïse dit à son peuple : « Certes Dieu vous ordonne d'immoler une vache »… Ils l'immolèrent mais il s'en fallut de peu qu'ils ne l'eussent pas fait. Et quand vous aviez tué un homme et que chacun de vous cherchait à se disculper, Dieu démasqua ce que vous dissimuliez. Nous dîmes donc : « Frappez le tué avec une partie de la vache ». - Ainsi Dieu ressuscite les morts et vous montre Ses signes afin que vous raisonniez. (2 : 67, 71-73)

Les supplices de la tombe et de l'Enfer. Selon ce qui est dit cidessus sur l'âme et le fait qu'elle restera en contact avec les parties essentielles du corps dans le monde intermédiaire, il est inutile de discuter si c'est l'âme, le corps ou les deux qui subiront les supplices dans la tombe. Mais comme indiqué plus tôt, Dieu reconstruira les gens le Jour de la Résurrection à partir de, ou avec, les particules essentielles du corps, et ils seront ressuscités le « matin » de la vie éternelle.

Puisque l'âme et le corps vivent ensemble dans ce bas monde et partagent toutes leurs joies et leurs peines, Dieu ressuscitera les êtres humains physiquement et spirituellement. Ahl as-Sounna wal-Jamâ'a (la majorité des musulmans) s'accordent à dire que l'âme et le corps iront ensemble au Paradis ou en Enfer. Dieu recréera les corps avec des formes qui conviennent à l'Au-delà où tout sera vivant : Cette vie d'ici-bas n'est qu'amusement et jeu. La Demeure de l'Au-delà est assurément la vraie vie. S'ils savaient ! (29 : 64).

Quels dons pouvons-nous envoyer aux âmes de nos défunts? Les âmes qui sont dans le monde intermédiaire nous voient et nous entendent, pourvu que Dieu le leur autorise. Il peut permettre à certaines personnes saintes de les voir, de les entendre et de communiquer avec elles.

Après notre mort, le bilan de nos oeuvres reste ouvert. Si nous laissons derrière nous des descendants vertueux, des livres ou des institutions qui continueront à profiter aux autres ou si nous avons élevé ou aidé à élever des gens qui sont bénéfiques à l'humanité, nos récompenses continueront d'augmenter. Si nous ne laissons derrière nous que le mal, nos péchés continueront à augmenter aussi longtemps que ce mal continuera à nuire aux autres.

Alors si nous voulons aider nos proches qui sont passés dans l'autre monde, nous devons être de bons héritiers. En aidant les pauvres, en servant la cause de l'islam, en menant une bonne et vertueuse vie, en dépensant ce qu'ils nous ont légué pour promouvoir l'islam et pour le bien-être des gens en général, qu'ils soient musulmans ou non, leurs récompenses seront multipliées.

Pin It
  • Créé le .
Copyright © 2020 Site de Fethullah Gülen - Tous droits réservés
fgulen.com, site officiel du célèbre savant et penseur turc Fethullah Gülen.