L'amour

L'amour

L'amour[1] est l'élément le plus essentiel à l'être humain. Il est la lumière la plus rayonnante. Il est la puissance la plus grande, capable de résister à tout, de triompher de tout.

L'amour élève l'âme qui l'absorbe. Il la prépare au voyage vers l'éternité. Toute âme qui, grâce à l'amour, a été capable d'entrer en contact avec l'éternité s'efforce elle-même d'inspirer aux autres ce qu'elle y a puisé. Elle consacre sa vie à ce devoir sacré, un devoir au nom duquel elle supporte toutes sortes d'épreuves, jusqu'à la dernière, et, de même qu'elle dira « amour » dans son dernier soupir, elle dira « amour » au Jour du jugement dernier, quand elle sera ressuscitée.

Sans amour, il est impossible à une âme de s'élever à l'horizon de la perfection humaine. Quand bien même elle vivrait des siècles entiers, elle ne saurait avancer sur le chemin de la perfection. Prise dans les rets de l'égoïsme, l'âme privée d'amour est incapable d'aimer autrui, et meurt ainsi dans l'ignorance de l'amour qui imprègne l'être même.

Quand il naît, un enfant est accueilli avec amour et grandit dans l'atmosphère chaude des âmes aimantes. Cet amour-là sans doute changera ou diminuera avec le temps, mais de sa forme première, les enfants devenus adultes garderont toujours la nostalgie, au point de continuer à le rechercher leur vie durant.

Il y a des marques d'amour à la surface du soleil ; l'eau s'évapore et monte vers ces marques puis, après qu'elle se soit condensée là-haut sous forme de gouttes, ces gouttes tombent joyeusement sur terre, portées par les ailes de l'amour. Alors des milliers de fleurs s'épanouissent avec amour, offrant leurs sourires alentour. Des gouttes de rosée scintillent avec amour sur les feuilles et brillent en riant. Les moutons et les agneaux bêlent et gambadent avec amour, les oiseaux et oisillons gazouillent avec amour, formant des chœurs pleins d'amour.

Chaque être joue sa propre partition dans le grand orchestre d'amour de l'univers et essaie d'exprimer, par sa propre volonté ou selon sa disposition naturelle, un aspect de l'amour profond qu'on rencontre dans l'existence.

L'amour est si profondément enraciné dans l'âme d'un être humain que certains quittent leur foyer pour le retrouver, que beaucoup de familles sont détruites, et que, un peu partout, un Majnoun se meurt d'amour pour sa Layla[2]. Seuls ceux qui n'ont pas su découvrir cet amour pourtant inhérent à leur être ne voient que démence dans de telles manifestations !

L'altruisme est un sentiment humain éminent : il puise sa source dans l'amour. Ceux qui possèdent la plus grande part de cet amour sont les plus grands héros de l'humanité. Ils ont été capables de déraciner en eux-mêmes tout sentiment de haine et de rancune. De tels héros de l'amour continuent à vivre, même après leur mort. Leur âme noble allume chaque jour un nouveau flambeau d'amour dans leur monde intérieur, faisant de leur cœur une source d'amour et d'altruisme. C'est pourquoi cette âme est chaleureusement accueillie, qu'elle est aimée des autres, et qu'elle a reçu du Juge suprême le droit à une vie éternelle. Ni la mort, ni le Jour du jugement dernier ne réussiront à effacer leurs traces.

Une mère capable de mourir pour l'amour de son enfant est une héroïne de la tendresse. Si ceux qui consacrent leur vie au bonheur des autres sont appelés « courageux passionnés », ceux qui vivent et meurent pour l'humanité entière sont célébrés comme des monuments d'immortalité, et méritent d'être révérés par l'ensemble des humains. Entre les mains de ces héros, l'amour devient un élixir magique qui fait surmonter tous les obstacles, une clé qui ouvre toutes les portes. Ceux qui possèdent un tel élixir, une telle clé, finiront tôt ou tard par ouvrir les portes de toutes les régions du monde, et par répandre partout le parfum de la paix, tenant dans leurs mains les encensoirs de l'amour.

Le chemin le plus direct vers le cœur des gens est le chemin de l'amour, le chemin des prophètes. Ceux qui suivent ce chemin sont rarement rejetés. Même si quelques-uns les rejettent, ils sont des milliers à les accueillir chaleureusement. Une fois qu'ils ont été accueillis grâce à l'amour, rien ne peut les empêcher d'atteindre leur but : être agréable à Dieu.

Comme ils sont heureux, ceux qui suivent la guidance de l'amour ! Et comme ils sont malheureux, ceux qui vivent inconscients de l'amour inné, lové au plus profond de leur âme !

Dieu, ô Toi le Très Exalté ! Aujourd'hui que la haine et la rancune ont tout enveloppé comme des couches d'obscurité, nous cherchons refuge en Ton amour infini et T'implorons devant Ta porte, Te demandant d'emplir d'amour le cœur de Tes serviteurs malveillants et cruels !

[1] Article de Fethullah Gülen datant de mars 1987 et initialement publié dans Yitirilmiş Cennete Doğru [« Vers le Paradis perdu »] (éditions Nil, Izmir, 1988), puis dans sa traduction anglaise, Towards the Lost Paradise (éditions Kaynak, Izmir, 1998, pp. 43-45).
[2] Majnun et Layla sont deux amants légendaires de la littérature orientale.

Pin It
  • Créé le .
Copyright © 2020 Site de Fethullah Gülen - Tous droits réservés
fgulen.com, site officiel du célèbre savant et penseur turc Fethullah Gülen.