Prier et accomplir ses actes d'adoration devant l'enfant

On doit consacrer un endroit et un moment pour prier à la maison. Quand cela est possible, il convient d'accomplir en com- mun et à la maison les cinq prières quotidiennes, sinon, prendre l'enfant par la main et l'emmener à la mosquée. Cette dernière solution est surtout préférable pendant les périodes où la mère ne peut pas prier… En effet, parce qu'il y a certains jours où elle ne prie pas, l'enfant pourrait être amené à croire « qu'on peut aussi très bien vivre sans prier ».

C'est donc pour éviter cela qu'il faut tout particulièrement l'emmener à la mosquée durant ces jours-là. Il existe aussi un autre moyen de remédier à un tel malentendu pour l'enfant : les jours où la femme n'est pas tenue de prier, elle peut néanmoins faire ses ablutions comme de coutume, s'asseoir sur son tapis de prière, ouvrir les mains à son Seigneur et L'implorer. Tandis qu'elle aura gagné autant de mérites que si elle avait fait la prière prescrite, elle aura aussi comblé un vide qui aurait pu être mal interprété par son enfant. Les livres de jurisprudence islamique recommandent aussi ce genre d'attitude. Ceci a une importance capitale du point de vue de l'éducation de l'enfant. Ce comportement permettra avant tout à l'enfant de toujours voir autour de lui des fronts prosternés, des yeux en larmes et des mains ouvertes pour prier. Il sera ainsi témoin d'une grande sensibilité, d'une discipline et d'une profonde conscience de sa servitude à Dieu. Par conséquent, concernant la période où la femme est indisposée et ne peut donc pas accomplir la prière prescrite, l'enfant comprendra l'esprit de cette affaire, et il vous faudra régulièrement l'emmener à la mosquée jusqu'au moment où vous pourrez lui expliquer la place qu'occupe ce sujet dans la religion. Le jour viendra où, quand retentira l'appel à la prière (adhan), quand bien même vous ne l'auriez pas entendu, votre enfant vous le rappellera systématiquement tel un réveil qui sonne : « Papa ! Maman ! C'est l'heure de la prière ! » Ainsi, vous recueillerez les fruits de votre travail passé.

En outre, vous devez aussi dédier un moment précis de votre journée pour prier (du'a). Pendant cet espace de temps que vous aurez préalablement déterminé, vous invoquerez le Tout-Puissant, Lui épancherez vos sentiments et Lui confierez vos soucis. Vous montrerez ainsi que le Créateur Suprême représente toujours un recours et un asile où l'on peut se réfugier. Dire vos prières à voix haute sera très bénéfique. Les Compagnons du Prophète apprirent les invocations qu'il récitait en l'écoutant prier. La plupart de ces prières furent rapportées par son épouse Aïcha et d'autres par Ali, Hassan et Houssaïn.

Il s'ensuit que vous pouvez vous aussi prier de façon à être entendu de votre entourage pour que celui-ci mémorise vos prières. Si vous souhaitez voir en votre enfant une âme sensible, qui tremble à l'évocation du Nom de Dieu, c'est d'abord à vous qu'il revient d'être ainsi et de montrer l'exemple.

Dans ma vie, j'ai vu des choses dont l'image est restée gravée dans ma mémoire, et au souvenir desquelles je ne peux m'empêcher de tressaillir. La vision de ma grand-mère et de sa dévotion au Seigneur ont laissé sur moi une marque indélébile. Je n'étais alors qu'un jeune enfant quand elle décéda, mais je la revois encore trembler de tout son corps lorsque mon défunt père récitait le Coran ou qu'il parlait d'Islam. Sa ferveur était telle que si quelqu'un s'exclamait dans un élan de piété sincère en disant « Dieu ! » (que Sa gloire soit exaltée), elle devenait toute pâle et restait sous l'effet de cette parole tout le reste de la journée. Son comportement a profondément marqué mon état spirituel. Bien qu'elle fût illettrée et eût très peu de connaissances, ma grand-mère s'efforça toujours de bien oeuvrer durant sa vie. Ses attitudes toujours empreintes d'une entière sincérité, tout comme l'étaient ses pleurs, m'ont grandement influencé. J'ai eu beau écouter maints savants prêcher avec zèle et ardeur, aucun d'eux ne m'a jamais rien appris de semblable aux précieuses leçons que j'ai reçues à travers le comportement exceptionnel de ma grand-mère. Je crois devoir le fait d'être musulman à la sincérité de mes parents et de ma grand-mère.

Ainsi, les parents doivent être très vigilants quant à leur comportement dans le foyer. Nous le répétons, rien de plus marquant pour votre enfant que de vous entendre et de vous voir vous présenter au Tout-Puissant avec vos ferventes supplications, votre zèle sincère, vos larmes, vous donner corps et âme au Seigneur, L'implorer à voix haute, chaque jour à une heure fixe. L'image qu'il a de vous - fournissant des efforts pour obtenir le salut, pleurant dans la crainte et l'espoir, et montrant par là que votre plus grand souci est l'au-delà - restera à jamais gravée dans sa mémoire. En réalité, nous devons prier comme si nous voyions Dieu, en gardant constamment à l'esprit que nous sommes en Sa présence. Debout, inclinés, prosternés, assis : tous nos gestes et toutes nos positions durant la prière doivent être accomplis de façon à rappeler Dieu. Voilà comment votre présence devant Dieu peut être représentée : imaginez que vous rencontriez votre Créateur et qu'Il vous dise : « Ô mon serviteur ! Lève-toi et rends-Moi compte de ta vie sur terre ! »

Alors nous nous levons, dans le plus grand respect et en totale soumission, espérant Sa miséricorde. Prier dans ces circonstances, en ressentant pleinement la grandeur divine d'une part et notre infime petitesse d'autre part, est aussi stimulant pour nous que pour notre entourage. Selon un hadith faible (parole du Prophète dont l'authenticité n'est pas confirmée), le Messager de Dieu aurait dit : « J'ai un moment privilégié avec Dieu le Très-Haut durant lequel ni les anges les plus nobles ni aucune autre créature ne peut m'approcher. » Nous aussi, nous devons nous accorder un tel moment et nous verrons bientôt nos enfants, quand ils seront en âge de prier, puiser leur ins- piration lors de leurs prières dans les moments uniques dont ils furent témoins. Plus tard, chaque fois que nos enfants devront faire face à un danger susceptible de corrompre leur foi et leur pratique religieuse, le souvenir de vos ferventes prières leur apparaîtra tel une bouée de sauvetage à laquelle ils pourront s'accrocher.

Ne doutez pas de l'efficacité de ce principe, car dans la sourate «Joseph », le Coran nous fournit une telle donnée psychologique. Loin de nous de penser que le Prophète Joseph aurait été tenté par une femme ; seulement, le Coran déclare : « …n'eût été ce qu'il vit comme preuve évidente de son Seigneur. » (12/24)

Bien que cela soit controversé, selon certains grands savants experts dans l'interprétation coranique, la « preuve évidente » que Joseph a vue serait l'image de son père le Prophète Jacob s'écriant : « Joseph ! » en portant sa main devant sa bouche, alarmé. Cet événement aurait ramené Joseph à lui-même - lui qui était un modèle de vertu et de chasteté - et lui aurait fait dire : « Que Dieu me protège ! » (12/23)

Vos larmes et votre refuge sincère auprès du Seigneur joueront un rôle essentiel dans l'avenir de votre enfant en prévenant leurs éventuels faux pas et égarements. Ils représenteront une image toujours vivante dans le subconscient de l'enfant, à tel point que lorsqu'il devra confronter toutes sortes de tentations, votre image lui apparaîtra soudain, la main portée à la bouche, effaré, disant : « Mais que fais-tu donc mon enfant ! » Vous lui servirez ainsi de guide, où qu'il soit, et votre image sera comme une main tendue pour l'aider et le sauver des dangers qui le guettent.

Pin It
  • Créé le .
Copyright © 2020 Site de Fethullah Gülen - Tous droits réservés
fgulen.com, site officiel du célèbre savant et penseur turc Fethullah Gülen.