Nomination de personnes compétentes

Le Messager désignait des musulmans prometteurs et compétents dans les fonctions pour lesquelles ils étaient les plus doués. Il ne ressentait aucun besoin de changer une quelconque nomination, car la personne nommée prouvait, à travers sa droiture et sa compétence, qu'il ou elle avait été le bon choix.

La période mecquoise de l'islam resta gravée dans la mémoire commune des musulmans comme le souvenir douloureux de persécutions et de tortures insupportables. Les mauvais traitements n'étaient pas seulement infligés aux musulmans pauvres et sans protection (comme Ammar, Bilal et Suhayb), mais également aux musulmans qui étaient de puissants membres de l'élite qoraïchite (comme Abou Bakr et Omar).[1] Pour protéger ses fidèles, le Messager permit à ceux qui étaient pauvres et sans protection d'émigrer en Abyssinie. Mais il garda les puissants (Ali, Zubayr, Abou Bakr, Omar et Sa'd ibn Abi Waqqas) à La Mecque, car l'islam avait besoin de leur soutien pour se propager et s'implanter à La Mecque. Ces puissants musulmans occupèrent plus tard les plus hautes positions administratives de l'Etat musulman.

Abou Dharr était un Bédouin pauvre, droit et d'une franchise brusque, qui ne cachait jamais sa foi ni ses sentiments. Quand il entendit Mohammed déclarer sa Prophétie, il vint à La Mecque et se convertit. Le Messager prêchait l'islam en secret dans les tout débuts de sa Prophétie. Abou Dharr était très pieu et austère. Cependant, parce que l'administration publique requiert des talents particuliers, le Messager n'accepta pas sa requête pour un poste administratif, disant: «Tu ne peux pas gérer les affaires des gens. Ne te présente pas pour de tels postes, car nous n'assignons pas ces postes à ceux qui les demandent.»[2]

Le Messager refusa la requête d'Abou Dharr, mais il suggéra les califats d'Abou Bakr, Omar et Othman. Tenant les mains d'Abou Bakr et de Omar, il dit: «J'ai quatre vizirs, deux dans les cieux et deux sur terre. Ceux des cieux sont Gabriel et Michael; quant à ceux sur terre, ils sont Abou Bakr et Omar.»[3] Concernant le califat de Othman, il déclara: «Ce sera une épreuve pour lui.»[4]


[1] Ibn Kathir, Al-Bidaya, 3:40-1, 102-3; Ibn Hisham, Sira, 1:234.
[2]Muslim, "'Imara," 16-17.
[3] Muttaqi al-Hindi, Kanz al-'Ummal, 11:563, 13:15.
[4]Bukhari, "Fadha'il al-Ashab," 5:7; Muslim, "Fadha'il as-Sahaba," 29.

Pin It
  • Créé le .
Copyright © 2020 Site de Fethullah Gülen - Tous droits réservés
fgulen.com, site officiel du célèbre savant et penseur turc Fethullah Gülen.